Lettre adressée par l'APRES à l'inspectrice

17/12/2013 19:03

A.P.R.E.S

Association des parents d’élèves représentants de Sagy

Rue de la mairie

95450 SAGY                                                                                                                   

A l’attention de l’Inspectrice Académique Madame GAUTHIER

Immeuble le Président

2A avenue des arpents

95525 CERGY PONTOISE Cedex

 

Sagy, le 22 novembre 2013

 

Madame l’Inspectrice,

 

Nous nous permettons de venir vers vous afin de vous faire part d’une inquiétude grandissante en la commune de Sagy (95), dont nous sommes les représentants des parents d’élèves, mais plus largement de la grande majorité des communes du Vexin.

            En effet, l’objectif de cette missive est de vous dépeindre une réalité que vous connaissez certainement très bien, mais qui, les mois passant, devient de plus en plus complexe et source d’interrogations pour les parents d’élèves.

                                                              

            Il nous semble important, à ce point de notre propos, de préciser que notre association est sans étiquette et totalement apolitique et que nos seuls intérêts sont le bien-être et la sécurité de nos enfants qui seront scolarisés dès septembre 2014.

 

            Loin des propos polémiques qu’a suscités la réforme des rythmes scolaires, la mise en application de cette dernière ne revêt pas les mêmes enjeux pour des villes comme Cergy que pour les communes du Vexin.

Pour les petites communes du Vexin, les bâtiments municipaux se résument souvent en une école avec des classes mixtes, la mairie et parfois une salle des fêtes ou un gymnase et une garderie. Tel est le cas pour la commune de Sagy qui ne possède pas à ce jour et ne possèdera pas en septembre prochain les installations nécessaires pour accueillir dans des conditions acceptables et conformes aux règles de sécurité, les enfants durant les TAP.

En effet, notre commune compte 104 enfants scolarisés de la petite section au CM2 sur deux sites. La mairie se verra donc dans l’obligation de recruter 6 intervenants supplémentaires pour encadrer nos enfants.                                                                 

L’impossibilité de réunir tous les intervenants et les élèves dans un même lieu d’accueil semble évidente surtout si le but premier est de réaliser des activités culturelles visant à compléter l’enseignement scolaire et permettre un autre mode d’ouverture des enfants sur le monde.

Sagy, comme beaucoup d’autres communes, se heurte donc à un réel problème de locaux mais aussi d’équipement sportif. Si les mairies devaient palier à ces manques d’ici 2014, les petites communes verraient leurs dépenses augmenter de façon exponentielles et les subventions allouées par l’Etat paraissent alors démagogiques.

 

            Suite aux diverses réunions à ce propos, la mairie nous a récemment informés des horaires d’un emploi du temps « type » d’une journée d’élève et la solution retenue est l’allongement de la pause méridienne qui passe de 12h/13h30 à 12h/13h30 puis TAP de 13h30 à 14h.

Actuellement le service de restauration a lieu à l’école maternelle de Sagy ; par conséquent, la totalité des élèves déjeunant en cantine se retrouve dans ces locaux sous la surveillance du personnel de cantine qui devra ensuite faire le lien avec les intervenants en même temps qu’il devra finaliser les tâches qui lui incombent puisque sur ces temps-ci, les professeurs des écoles ne sont pas tenus d’être présents.

Au-delà de la passation d’autorité qui nous semble délicate, comment être surs que chaque enfant saura où aller… ? Est-ce là encore de la responsabilité des employés municipaux de veiller à ce que nos enfants n’errent pas dans les locaux sans savoir quel groupe ils doivent suivre ?

 

            De plus, les enfants de petite section, sur cet horaire, ont pour habitude d’aller dans la salle de sieste où ils sont surveillés par une ATSEM qui deviendra elle aussi, semble-t-il, encadrante des intervenants.

Autant dire que cela paraît impossible et, la réforme devant bénéficier à tous, les petits n’iront se coucher qu’après les TAP soit vers 14h15, endormis vers 14h30, 14h45 et réveillés vers 15h45 pour pouvoir être prêts pour l’heure de sortie à 16h30 ; cela ne nous semble pas propice « au respect des rythmes d’apprentissage et de repos des enfants, afin de favoriser la réussite scolaire de tous en école primaire ».

            A ce jour, au sein du personnel municipal de Sagy, seule une personne possède les habilitations pour les missions d’encadrement. Se pose alors tout naturellement la question suivante : les autres personnels seront-ils formés ? Sur quel budget ? Beaucoup de questions pour un délai très serré.

 

            Pour poursuivre dans les problématiques humaines liées à cette réforme, comment vont être recrutés lesdits intervenants par les mairies ?

En effet, le hasard du calendrier fait que nous sommes en pleine période pré-électorale pour les municipales qui auront lieu en mars 2014.

Quel maire de petite commune engagerait des dépenses importantes dans le recrutement, ce qui impactera forcément lourdement sur nos impôts, avant même d’être certain d’être réélu ?

Cela implique que ces embauches, faute de nombreux personnels municipaux dans le Vexin, n’auront lieu qu’à compter du 5 avril 2014.

Là aussi nous nous interrogeons sur la qualité des formations des intervenants recrutés. Les fonctionnaires de l’Education Nationale ne se sont-ils pas longtemps battus pour que face à nos enfants seuls des adultes formés soient présents ?

Les mairies auront-elles les mêmes moyens de recrutement que l’Etat en ce qui concerne les personnes qu’elles placeront devant nos têtes blondes, c’est-à-dire auront-elles accès par exemple au casier judiciaire des postulants si toutefois postulant il y a ? Cet écueil ne permettrait-il pas de faire « entrer le loup dans la bergerie ?»

A cela s’ajoute que le temps imparti aux animateurs devant élève (soit 30 à 45 minutes par jour) sera implacablement compris entre le temps de déplacement vers les structures, l’habillage, le déshabillage (plus important chez les maternelles et en particulier en période hivernale) et le temps d’installation, d’explication des consignes…ce qui laissera très peu si ce n’est pas de temps pour le contenu. Ne risque-t-on pas de dériver vers de la simple garderie ?

 

            Enfin notre dernier sujet d’inquiétude, et non le moindre, est inhérent à l’apparition de l’école le mercredi matin.

En effet, la mairie a annoncé qu’elle respecterait les termes de la réforme et de ce fait ouvrirait l’école le mercredi matin, mais que toutefois, elle n’était pas tenue de mettre en place un service de restauration ni d’accueil périscolaire pour le mercredi après-midi.

Il est important de savoir qu’à ce jour, la commune de Sagy ne possède pas non plus de centre aéré, et que nos enfants sont actuellement accueillis par les centres de Seraincourt (à13km) et Marines (à 15km), donc l’école se finissant à 12h et la mairie ne pouvant mettre en place de ramassage scolaire vers ces structures pour des causes évidentes de budget, que faire de nos enfants ?

Suite à un sondage sur l’ensemble des familles de Sagy par notre association en mars 2013, 71% ont déclaré avoir besoin de cantine et de garderie le mercredi.       

Vous comprendrez bien pourquoi les parents s’inquiètent… Ces derniers travaillant, peu peuvent se prévaloir d’un accès à un 80% de droit, les autres devront négocier un temps partiel avec leur employeur avec tout l’impact économique que cela implique sur les ménages dont le pouvoir d’achat est largement en berne, ou à recourir à un autre mode de garde (centre aéré fermé le mercredi matin)leur permettant un accueil de leur enfants sur l’ensemble de leur temps de travail(grands-parents, nourrice…)

            Ainsi nombre de parents se sont déjà prononcés sur une obligation matérielle de « boycotter » l’école le mercredi matin et là encore, non pas par conviction politique mais simplement que travaillant, un élève de petite section ne peut pas être laissé seul à 12h sous prétexte que l’école est terminée.

            De plus, même si la mairie revenait sur ses dires et envisageait un accueil pour les élèves en garderie, 71% de nos 104 élèves scolarisés représenteraient près de 74 enfants à garder dans une structure dont la capacité d’accueil est de 25 enfants sur une surface d’environ 50m² (soit près d’un enfant et demi par m² !!!).

Cela n’est pas acceptable, sans parler des répercussions sur les horaires du personnel communal sollicité ici encore, ni sur l’impact sur les programmes des enseignants qui devront adapter leur programmation à ces journées en effectif réduit, ni sur le fait que la garderie ne soit pas équipée de pièce où les petits pourraient faire la sieste le mercredi après-midi…

            Tentant de trouver des réponses à l’échelle communale, nous nous sommes tournés vers les assistantes maternelles au nombre de 12 sur Sagy dans le but de savoir si certaines pourraient accueillir quelques enfants uniquement le mercredi après-midi ? Ces dernières ont déjà un taux d’occupation importants et ont elles-mêmes des enfants qui feront partie des 29% d’enfants chanceux pouvant être récupérés à la sortie de l’école le mercredi ce qui rendrait impossible la prise en charge d’autres enfants dans de bonnes conditions.

 

 

            Nous vous remercions, Madame, du temps et de l’attention que vous avez bien voulu porter à ce courrier et nous vous invitons cordialement à prendre contact avec nous si vous souhaitez de plus amples détails ou pour venir nous faire part de votre expérience et des retours que vous pouvez avoir sur une problématique qui sera à nos portes demain et qu’il nous faut solutionner aujourd’hui pour le bien de nos petits et pour ne pas faire des enfants des petites communes les grands oubliés de cette réforme.

 

            Veuillez agréer, Madame l’inspectrice, l’expression de nos sentiments respectueux.

 

Tous les membres de l’association des parents d’élèves de Sagy

 

 

 

—————

Précédent